Il n’y a pas de codes, il n’y a que des interprétations.

Guillaume Mercier, chercheur associé à GRACE, et Ghislain Deslandes ont publié dans Journal of Business Ethics un article sur les codes éthiques.

Guillaume Mercier, chercheur associé à GRACE, et Ghislain Deslandes, professeur à ESCP Europe ont publié dans Journal of Business Ethics un article sur les codes éthiques.

Mercier, G., & Deslandes, G. (2016). There are no Codes, only Interpretations. Practical Wisdom and Hermeneutics in Monastic Organizations. Journal of Business Ethics, DOI: 10.1007/s10551-016-3055-4.

Plus d’informations

Résumé : Les codes éthiques d’entreprise, qui se sont développés dans les dernières décennies, ont montré une capacité limitée à favoriser les comportements éthiques. Ils ont notamment été accusés de trop reposer sur une conformité formelle, plutôt que de prendre suffisamment en compte les agents et leur développement moral, ou de promouvoir des comportements réflexifs. Nous voulons montrer ici qu’un code éthique, en fait, a du sens et permet un progrès éthique quand il est interprété et approprié avec sagesse pratique. Nous explorons un modèle atypique de code éthique organisationnel : la Règle monastique de Saint Benoît, écrite au VIe siècle et encore utilisée aujourd’hui. Notre étude empirique – menée dans plusieurs monastères suivant cette règle – montre que les membres de l’organisation interprètent cette règle – d’un point de vue herméneutique et éthique – pour l’adapter aux situations. Ils s’approprient également cette règle comme un mode de vie et le considèrent comme un cadre dynamique qui les aide à suivre leur finalité dans leur organisation. Ce code exceptionnel offre ainsi un modèle alternatif de pratique des codes éthiques, dans un esprit d’éthique des vertus, au-delà de la simple conformité au texte. La manière dont les agents réflexifs et actifs pratiquent le code, individuellement et collectivement, façonne leur expérience organisationnelle et favorise leur développement éthique.